Détail Passeport présence


Le passeport Présence: votre marque c’est votre nom.

  • Soyez présent et mieux référencé sur Google
  • Orchestrez et protégez vos données personnelles
  • Limitez le temps improductif passé sur le web
  • Analysez et réagissez en temps réel

En synthèse : Qu’est ce que c’est ?

  • Une porte pour entrer dans l’Economie Collaborative, progressivement et à votre rythme
  • Vos profils virtuels sur Internet, exister et présenter votre activité sur les réseaux sociaux
  • Votre outil pour devenir un vrai ‘Médiateur’ : Communiquez, diffusez et participez efficacement
  • Votre espace accessible en mobilité, le Passeport Présence est livré sur tablette tactile sécurisée 

En synthèse : A quoi ça sert

  • Valorisez & développer vos clients de proximité, vos produits et services collaboratifs ;
  • Accédez & diffusez vos annonces : échange de biens, achats groupés, financement participatif etc.
  • Sécuriser & orchestrer  vos espaces, données, échanges et documents en toute confiance;
  • Devenir  autonome et maîtriser le monde numérique, au service de votre activité

Ecosystème numérique : Votre identité virtuelle et votre communauté sur le nuage

1- Création de votre compte Google
Accès à Google Mail, chat Google.
Accès à l’ensemble des Apps Google (Agenda, Drive Documents, Google Talk, Google Groupe…)  
2- Création de votre compte sur le réseau social Facebook 
Création d’une Page Facebook de votre activité pour les «fans » 
3- Création de votre compte sur le réseau Twitter, pour suivre votre fil d’actualité
4- Ouverture de vos blogs sur Blogger et Tumblr (Création de vos contenus et articles en option)
Un meilleur référencement sur le moteur de recherche Google
Votre blog lié à Facebok et Twitter, votre actualité est postée sur l’ensemble de vos réseaux 
5- Création de votre compte sur les trois réseaux professionnels : Google +, Viadeo et LinkedIn
6- Le numérique en toute confiance : Votre tablette sécurisée et répondant aux recommandations de la CNIL

– Nous configurons votre tablette et une application sécurise votre information
– Les recommandations de la CNIL accessibles pour une utilisation en toute confiance.

7- Bienvenue dans l’Economie Collaborative : accédez, utilisez et diffusez vos services collaboratifs
– Accédez à un portail d’information et de services proposés par les acteurs de l’Economie Collaborative
– Vous devenez  membre du réseau professionnel Comme Un Olivier. Nous référençons votre activité sur notre annuaire en ligne.

Option : Création de votre blog interactif

Blog  « Essentiel  » pour bien démarrer
– Format au choix sur 2 ou 3 colonnes à vos couleurs, sur modèle standard.
– Des widgets complets : archives, liens, contact, images.
– 3 onglets menu (ex : présentation, produit, contact)
– 3 posts liés à votre actualité (ex : nouveau produit, salons, évènements…)

Blog  « Indispensable » pour une bonne visibilité
=>Votre blog « Essentiel » +
– 4 onglets (ex : présentation, histoire, produits , contact)
– 5 posts thématiques ou liés à votre actualité
– Un formulaire de contact accessible en ligne
– La possibilité de créer un groupe de membres inscrit sur le blog

Blog  « Idéal » et complet, sur mesure !
=>Votre blog « Indispensable » +
– Votre charte personnalisée (ex : image de fond)
– Plus de contenus et un sondage ou questionnaire en ligne pour la satisfaction des clients
– Le suivi de fréquentation de votre blog sur Google Analytics (Nb de visites, pages vues etc…)

Comme un Olivier vous accompagne pour aller plus loin…

Nos équipes spécialisées en Community management, marketing, informatique ou nos experts métier (M2M, restauration, distribution…) travaillent en collaboration pour apporter une chaine de compétence à votre service

Vous disposez d’un service d’aide à la rédaction de vos contenus.

  • Création et réalisation du contenu de votre Blog
  • Prestation spécifique sur votre système d’information ou votre site existant
  • Approfondir votre profil : Réalisation de votre profil personnel à travers une série de QCM spécifiques (Questionnaire à choix multiples).  Cette étape permet de rédiger, mettre en forme et saisir rapidement vos contenus et de les qualifier. 
Qui vous êtes,
  • Mise en valeur de vos passions, de vos centres d’intérêts, de votre état d’esprit, de vos préférences, de lieux que vous aimez…
  • Mise en valeur de votre parcours professionnel, de votre formation, des professionnels ou des entreprises qui ont influencés votre parcours…
Ce que vous faites,
  • Mise en valeur de vos missions, de votre entreprise, de vos projets…
  • Mise en valeur de vos choix et de vos convictions professionnelles…

Système d’information personnel

Par quoi commencer ?  Le système d’information personnel…

Nos smartphones et nos tablettes font de chacun d’entre nous des acteurs de la mobilité. Comment et en quoi cet état de fait peut devenir une opportunité pour l’entreprise?

Constat

Nous nous informons, nous consommons, nous échangeons et de plus en plus nous étendons notre nuage personnel d’information:
  • Nous avons accès à une foultitude de services gratuits, pratiques et nous en profitons tous. Cependant, nos données sont dispersées chez les fournisseurs de services en posant de véritables questions de confidentialité et de sécurité.
  • Les fournisseurs de services en ligne souhaitent avoir un maximum d’information sur nos centres d’intérêts, nos comportements (voire notre numéro de carte bancaire!). Leur modèle économique est principalement basé sur la publicité et par conséquent il rend chacun d’entre nous « bankable ».
  • Le Cloud Computing, les WebServices (API) et HTML5 offrent un socle technologique ouvert capable de pérenniser les investissements informatiques en nous libérant des stratégies des constructeurs et des éditeurs.
Questions pour l’entreprise
Comment intégrer le smartphone de mes collaborateurs au système d’information de l’entreprise :
  • En bonne intelligence pour les deux parties
  • En toute sécurité
  • En l’intégrant dans les processus métier
Mon approche
Pour moi, un des points de départ d’une stratégie de mobilité réussie est le micro système d’information personnel des collaborateurs de l’entreprise, levier de base du projet de transformation.
Respecter l’espace personnel des collaborateurs, c’est tenir compte de leurs manières d’aborder l’information, de leur façons de communiquer, leurs préférences en termes d’interfaces homme/machine ou d’utilisation de tel ou tel service.
L’entreprise devrait prendre les devants vis-à-vis des fournisseurs de services ou des plateforme d’Apps en ligne. En étant visible sur ces plateformes et en permettant des achats groupés de services manipulant des données sensibles, l’entreprise deviendrait, à son tour, un fournisseur de services avec un rôle de conseil, par exemple :
  • Comment protéger ses données personnelles ?
  • Comment protéger les données de l’entreprise ?
  • Comment rationaliser l’utilisation des réseaux sociaux ?
  • Comment mettre en place des scenarii automatiques pour optimiser le temps passé sur le Net ?
  • Comment monétiser ses contenus, ses prescriptions ou ses parrainages ?
et un rôle opérationnel avec, par exemple :
  • Distribution d’une solution externe de tableau de bord  mixte Perso/Pro «DashBoard »
  • Utiliser les API des fournisseurs de services pour diffuser les contenus à partir d’une source unique vers des cibles multiples.
  • Utiliser les API des moteurs de recherche pour  diffuser les contenus du système d’information de l’entreprise
  • Utiliser les API des applications collaboratives pour l’intégrer au système d’information de l’entreprise
  • Publier les API du système d’information de l’entreprise dans le cadre des standards technologiques (XML, HTTP, HTML5…) et d’une vraie stratégie de sécurité
  • Etc.
En bonne intelligence, l’entreprise doit accompagner cette mutation pour pouvoir inscrire ses prérogatives comme la sécurité, la confidentialité et l’agilité de ses processus métier.
En s’appuyant sur les offres de services des fournisseurs de services en ligne, elle en tire des avantages concrets et immédiats :
  • La mobilité au service de la performance globale de l’entreprise
  • Une optimisation des processus métier
  • Une capitalisation des contenus de l’entreprise
  • Une conduite du changement grandement facilitée
  • Un système d’information orienté usage
  • Une réduction des coûts d’infrastructure et de développement informatique
  • Une communication d’entreprise plus efficace
En articulant autour du collaborateur la stratégie de mobilité de l’information, nous faisons, à moindre coût, une première phase de modernisation du système d’information.
Cette première phase réduira les risques, la prudence devant le changement et donc les coûts des phases d’intégration suivantes concernant les clients et les partenaires.

Zaïr BEZGHICHE

Offre Comme un Olivier

Les 5 passeports « Comme Un Olivier »

« Comme un olivier » est l’espace numérique dédié à l’économie collaborative. Il permet de construire l’identité virtuelle de chacun. et de diffuser ses informations pour les orchestrer dans des processus personnels ou professionnels. Il renforce les échanges des biens et des services. Il propose un point d’accès unifié aux services numériques proposés par le WEB.

« Comme un olivier » propose une démarche qui, étape par étape, permet de s’adapter au rythme et aux contraintes de chacun. En effet, nous privilégions l’individu, sa spécificité, son champ de responsabilité et son niveau d’interaction avec les autres.  Nous produisons, pour chacun, un espace de données constitué d’informations personnelles et d’informations professionnelles.

Nous encapsulons cet espace de données avec nos  services numériques qui en permettent la manipulation en toute sécurité. Nous ouvrons cet espace aux services numériques externes à travers les API et les échanges de données XML. Nous proposons un tableau de bord pour piloter, configurer et administrer cet espace.

Nos offres sont découpées en bouquets de services et architecturées en fonctionnalités croissantes qui s’imbriquent les unes après les autres. Ces bouquets de services sont des passeports pour faciliter et accompagner la mise en place des processus de l’économie collaborative.

Le passeport Présence. Votre marque c’est votre nom.

Le passeport Présence est un service, délivré sur une tablette tactile dédiée, qui vous offre la possibilité de construire, rationaliser votre identité virtuelle. Il vous permet de valoriser qui vous êtes, de protéger vos données personnelles et d’augmenter votre présence sur le WEB sans vous consommer de temps. Vous maîtrisez et animez vos espaces.
Découvrez les détails du passeport présence

Le passeport Diffusion. Élargir votre empreinte informationnelle.

Le passeport Diffusion est un bouquet de services WEB qui vous offre la possibilité d’enrichir votre identité virtuelle en y associant vos relations, vos thématiques favorites, vos produits ou ceux ce votre entreprise. Il vous permet de rester en veille sur vos clients, vos partenaires, vos fournisseurs ou vos concurrents.  
Le passeport Coopération. De l’information qualifiée aux processus économiques

Le passeport Coopération est un bouquet de services WEB qui vous offre la possibilité de mettre en scène votre espace de données. Vous pouvez créer des services interactifs qui permettent à vos clients, vos fournisseurs, vos banques ou vos administrations d’interagir avec les services informatiques que vous souhaitez rendre accessible : votre système d’information personnel ouvert.
Le passeport Traçabilité. De l’Internet des objets à leur valeur d’usage.

Le passeport Traçabilité est un bouquet de services WEB qui vous offre la possibilité de rendre intelligents les objets fixes ou mobiles qui vous entourent. Votre habitation, votre véhicule ou vos outils de travail communiquent « Où, Quand, Quoi. » pour un confort, une sécurité et une traçabilité accrue de vos évènements, processus, activités ou actualités.

Le passeport ExportationL’international épaulé par le collectif.

Le passeport Exportation est un bouquet de services WEB qui vous offre un cadre facilitateur.  Il vous permet de localiser et de traduire votre système d’information personnel. Il vous accompagne pour proposer vos produits ou vos services à l’export.

Système d’information Collaboratif

Vers quel système d’information?

Notre télévision, nos ordinateurs, notre téléphone, nos logiciels et nos réseaux ont évolué et vont continuer à le faire de plus en plus rapidement. Ils convergent vers une standardisation des réseaux (IP Internet Protocole) et une standardisation des contenus (HTML, XML…).
Notre rapport avec l’information qualifiée, avec l’information intelligente et avec la connaissance est en train de changer:

Mais, au fait, ils évoluent vers quoi et pourquoi faire?
Y a-t-il un sens de regarder un film sur mon téléphone ou de surfer sur ma télévision?
Est t’il nécessaire de partager avec mes proches mes photos de vacances ou de soirées ?
Est-il si important de s’informer, d’échanger, de jouer ou de faire de nouvelles rencontres?
Mais, au fait, où sont rangés mes budgets, mes messages ou mes recettes de cuisines?
Ce que je paie correspond à quoi? A qui ça appartient ?
Mais, au fait, y a quoi derrière ce truc ?

Le système d’information
En fait, nos ordinateurs, nos téléphones…etc. ne sont que des fenêtres vers une infrastructure d’informations numériques. Elle est avant tout l’assemblage de l’information fournie par chacun. Elle s’appuie sur une foultitude de plateformes informatique composées d’ordinateurs et de logiciels. Elle est mise en interaction grâce à des réseaux et des télécommunications régies par des protocoles comme « Internet Protocole (IP) ». Notre société est complexe, le système d’information en est son télescope.
Evidement, derrière chaque composante, il y a des acteurs économiques qui cherchent d’abord à atteindre leurs propres objectifs. La convergence du système d’information les pousse à modifier ou réinventer leur modèle économique. Ne nous étonnons pas de voir un opérateur de télécommunication fournir du contenu ou un moteur de recherche fournir des télécommunications.
Pour moi, cette concurrence est saine parce qu’elle apporte du choix, fait pression sur les prix et génère de la valeur ajoutée. Et je vous entends déjà penser : « mais alors, tout va bien dans le meilleur des mondes! »
Hé bien non. Il y a un bug !

Comme dans tous systèmes complexes, a fortiori quand ils sont en gestation, de forts déséquilibres apparaissent. Des mutations, des sélections, des adaptations sont alors nécessaires. Nous le vivons avec la nature ou avec nos propres constructions comme nos économies ou nos villes. La crise financière que nous traversons en est une parfaite illustration. Il est très facile pour une poignée de chanceux de créer des monopoles ou à une multitude de parasites de venir gangrener le système.
Ne laissons pas notre système d’information à la merci de ces déséquilibres.

Pour ma part, je suis convaincu que l’économie collaborative nous offre un outil concret de régulation. Elle invite chacun d’entre nous à être un collaborateur actif et responsable:
=> Nous serons, par exemple, capable de collaborer avec Apple pour qu’il continu à fournir de bons produits mais qu’il arrête de décider à notre place si telle ou telle application est bonne ou pas pour nous. Nous collaborons avec Google pour qu’il continu à porter haut et fort les standards et l’open source mais qu’il ne déprime pas la créativité ou l’innovation comme a pu le faire, en son temps, Microsoft.
Nous allons avoir de plus en plus d’offres et d’outils qui vont nous aider à structurer notre propre système d’information, celui du particulier et celui de l’entreprise, vers plus de liberté.
Ces outils vont nous permettre d’agréger notre contenu, de désolidariser l’information de l’application, de lui donner plus de souplesse, plus de sécurité, de le rendre plus intelligent et plus flexible d’un fournisseur à un autre.
Nous allons voir apparaître de plus en plus de modèles économiques, basés sur le coût à l’utilisation, qui vont nous aider à mieux comprendre et à mieux répartir nos dépenses.
Rome ne s’est pas faite en un jour. Pour ma part, je crois en la politique des petits pas.  

Le système d’information du particulier
Le particulier ira à son rythme et selon ses besoins. Il se construira un contenu de plus en plus intelligent et sécurisé, capable d’être de mieux en mieux en interaction avec celui des autres. Puis, il étendra son champ d’action. Il pourra collaborer directement avec ses fournisseurs pour avoir les produits les mieux adaptés à ce qu’il souhaite. Il pourra collaborer avec des journalistes pour créer de l’information pertinente. Il pourra collaborer avec sa mairie, son syndicat, son parti politique ou ses associations culturelles pour mieux se sentir citoyen, apprendre des idées des autres et faire avancer les siennes.

Le système d’information de l’entreprise
Les entreprises ont la maturité et la maîtrise de la donne autour de leur système d’information. Elles évoluent en permanence. La plupart d’entre elles en ont compris les enjeux et l’impact sur la relation client, la relation fournisseur, la gestion des ressources humaines et la réduction des coûts ou leur flexibilité. Elles connaissent leur chaîne de valeur ajoutée et leurs processus métier.
Les plus avancées d’entre elles, sont en train de découper leurs processus métier en grandes fonctions, puis en services qualifiés qu’elles savent alors externaliser. Les spécialistes appellent cette approche : SOA (qui veut dire en français: Architecture informatique Orientée Services).
De plus, l’entreprise gère des contraintes fortes, elle est dans un environnement de plus en plus concurrentiel: De ce fait, elle doit être souple, agile et savoir s’adapter. Elle est donc le premier allier pour la régulation du système d’information.

En conclusion: 
Je suis le premier à dire que nous ne sommes pas tous égaux devant la complexité du système d’information, et qu’il n’est pas évident d’en saisir clairement les enjeux d’aujourd’hui et de demain. Mais, c’est notre patrimoine à tous. Apprenons de nos erreurs, ne soyons plus naïf. Ne croyons pas que le système d’information va s’autoréguler, comme nous l’avons cru, que les marchés financiers allaient créer des équilibres pour notre bien être, pour nos beaux yeux.
(Elle n’est pas belle l’histoire !).

L’Economie Collaborative

L’ Economie collaborative

C’est d’abord un état d’esprit, la prise de conscience de notre responsabilité collective.
Nous sommes en train de changer, de repenser la consommation, la possession, la publicité.  Nous souhaitons avoir un avis objectif avant d’acheter des produits ou services, de se regrouper pour bénéficier d’un prix avantageux, de les réutiliser ou de les échanger. Nous souhaitons de plus en plus les personnaliser, voir même participer à leur conception et à leur fabrication. Plus de transparence, plus de traçabilité, plus de durable pour être de véritables acteurs économiques :

  •   Le partage et l’échange, parce que c’est la source de la création de valeurs
  •   La communauté, parce que c’est ensemble que nous agissons
  •   L’Internet, parce que c’est la convergence des technologies de l’information

Pour approfondir ….
L’économie collaborative vise d’abord à instaurer un meilleur équilibre entre les dimensions économique, sociale et environnementale.

La dimension économique
La dimension économique correspond à la création de richesse en respectant une démarche économique et financière raisonnée.
L’ancienne économie s’appuie sur des schémas d’entreprise dont les objectifs des actionnaires, de la direction et des salariés sont trop souvent contradictoires et générateur d’incompréhension.
Si nous rajoutons la pression marketing qui dévalorise notre instinct grégaire, l’usure et la cupidité ne nous étonnons pas que cette économie soit poussée vers une impasse.
Cependant, j’aimerais rendre à l’économie sa noblesse et la respectée comme un formidable outil d’échanges entre les hommes, un moteur vertueux pour nos sociétés.
L’économie collaborative commence par revisiter l’acte d’achat entre le consommateur et l’entreprise en lui conférant un champ d’action plus large. Le prix et la valeur d’usage du bien ou du service ne sont plus les seuls harmoniques qui régissent l’achat. La responsabilité citoyenne du consommateur est engagée et élargie sur le plan social et environnemental.
Cela lui demande une bien plus grande connaissance, lisibilité et traçabilité des produits et des acteurs concernés. Le consommateur a pris conscience de sa capacité à faire évoluer les choses vers ce qu’il juge plus juste et plus durable. Il demande à collaborer, à être acteur. Il veut mieux maîtriser les produits, il veut partager sa connaissance avec d’autre, il veut les faire évoluer, les réutiliser, les réparer pour leur donnée une seconde vie…etc.
En fait, l’économie collaborative inscrit l’acte d’achat dans une démarche plus pérenne et à l’échelle humaine.
Je n’irais pas jusqu’à fumer le calumet de la paix avec le vendeur à chaque fois que j’achète un kilo de tomate ou un PC…mais l’esprit n’est pas loin.
Nous sommes tous des acteurs de notre économie. De mon point de vue, plus vite nous prenons nos responsabilités (Je suis ce que je fais), plus vite elles évolueront vers un meilleur équilibre.

La dimension sociale
La dimension sociale renvoie au progrès social et à l’équité intra et intergénérationnelle à travers l’employabilité et les conditions de travails.
Dans la plupart des cas, le poste de travail est composé d’objectifs, de connaissance et de processus métier. Chacun d’entre nous occupe un poste et est en interaction avec des collaborateurs, une hiérarchie et le cas échéant avec l’extérieur. Des métriques sont mises en œuvre pour qualifier le salarié ou le groupe mais malheureusement principalement axés sur la rentabilité et la satisfaction du client. Ces unités de mesure combinées à un management obsolète ont tendance à pousser chacun vers son seuil d’incompétence et est générateur de stress.
De plus, le coût du travail des entreprises occidentales n’est plus compétitif, ce qui donne aux pays émergents un énorme levier de croissance et d’exportation. Il faut, malheureusement, le comprendre et l’accepter.
Par contre, l’économie collaborative oriente l’organisation du travail autour de la valeur ajoutée intrinsèque de chacun. Les objectifs et les processus métier sont repensés autour et pour l’individu avec la connaissance comme principal levier.
Mon premier objectif est moi-même, mon capital est la connaissance acquise, ma satisfaction est de diffuser ma valeur ajoutée, mon soutien est l’interaction avec les autres, ma sérénité est mon revenu. Le management se concentre sur l’interaction et est perçu comme une ressource à disposition de mes objectifs. Le client et le fournisseur sont vus comme des collaborateurs.
Les métriques mises en œuvres s’en trouvent profondément remaniés, on y trouvera l’employabilité, la qualité du travail et du relationnel…etc. La rentabilité et la satisfaction client ne sont plus des unités de mesure mais en sont les conséquences. Ces conditions nous invitent dans un cercle vertueux car elles portent mécaniquement en elles des valeurs comme la loyauté et la solidarité vis-à-vis des autres, donc du groupe et donc de l’entreprise.
En dotant le poste de travail d’une autonomie juridique et comptable, nous obtenons la cellule de base d’une entreprise collaborative.

La dimension environnementale
La dimension environnementale engage la préservation de la nature, des espèces et des ressources naturelles et énergétiques.
La planète est vivante, elle nous permet d’exister. Elle a sa personnalité, ses humeurs…nous devons faire avec pour survivre mais elle aura toujours le dernier mot.
La seule question qui se pose est : Quelle est la capacité de l’humanité à s’adapter aux ressources finis de notre planète? Quelle chance, ce réchauffement climatique? Quelle chance ces catastrophes naturelles, ces sécheresses, le manque d’eau potable ou l’augmentation de la population? Quelle chance cette pollution dans nos villes ou nos océans?
Oui c’est une chance  parce que, pour la première fois, nous avons une prise de conscience globale, nous comprenons ce que nous sommes et à quel point nous dépendons de notre écosystème. Nous relisons avec beaucoup d’humilité nos sociétés primitives et comment elles s’y sont prises pour respecter notre planète et vivre en harmonie avec elle.
Darwin nous disait que ce ne sont pas les plus forts ou les plus intelligents qui survivaient, mais ceux qui étaient le plus adapté aux changements (je signe !).
Non je ne prône pas le retour à l’âge de pierre ou à la décroissance économique, tout au contraire. L’économie collaborative inscrit la protection de l’environnement comme un objectif. En revisitant notre façon de consommer, notre habitat, notre urbanisme, notre façon de nous déplacer…etc., elle le traduit en un formidable potentiel économique.
La recherche/développement, les technologies de l’information, l’inventivité et la réutilisation sont, pour moi, les principaux supports de la décomplexification de nos sociétés.